lundi 27 mai 2019

Galeries Lafayette Champs Élysées : le décryptage du blog





Le 28 mars dernier les Galeries Lafayette ouvraient leur nouveau flagship sur les Champs Élysées, à l’emplacement de l’ancien Virgin Megastore. Plus de 6 500m2 dédiés à la mode, à la beauté et à la gastronomie, répartis sur 4 niveaux.

-        Le « Food Court » au sous-sol.
-        La beauté (cosmétiques, soins, parfumerie) au rez-de-chaussée,
-        Les nouveaux designers mode au 1er étage
-        Le prêt-à-porter et les accessoires des maisons de luxe au 2nd

Le « concept store » propose de nouveaux services, plus de fluidité dans le parcours d’achat, un restaurant et des zones d’expositions. Objectif : garder le client le plus longtemps possible dans le magasin, qui devient un lieu de vie.



Zone d’exposition au RDC

Effet musée avec des scénographies de livres et des jeux de miroirs

1.     La sélection et le merchandising :

Ici les espaces mode et beauté sont mixtes et les marques se mélangent par styles et tendances. Au RDC, ce ne sont pas les grands noms du luxe que l’on retrouve au premier rang mais des « Instabrands » (marques de niche, vendues en ligne). Sur les stands de présentation, les nouveautés et tendances sont mises en avant, mélangeant vêtements et accessoires. La place est au « mix and match » : casser les codes classiques et associer les produits en fonction des intérêts du client, comme on peut le voir à l’horlogerie où montres de luxe et enceintes se partagent les vitrines.
Le merchandising de marque est plus discret ; les logos traditionnels ont laissé place à la typographie des Galeries Lafayette que l’on retrouve également dans la signalétique.
Le concept renforce son mouvement pour une mode plus responsable, Go for Good, avec une sélection de cosmétiques plus clean comme Antipodes ou encore Absolution et s’engage côté mode avec une exposition de 3 semaines dédiée à la marque Noah.

Gisou, Slip, OUAI et barrettes, les marques et produits sont mélangés
Couleur rose et « Instabrands » : on retrouve les codes des réseaux sociaux

« Mix and match » horlogerie et enceintes

2.     Le parcours client :

Dans le nouvel écrin des Galeries Lafayette, pas de vendeurs classiques mais des « personal stylist » formés pour accompagner le client dans l’intégralité de son parcours d’achat. Muni d’un téléphone dédié, ils peuvent :
-        Consulter le stock en direct, encaisser des achats
-        Créer une fiche client (tailles, goûts, style etc.) et garder le contact avec ce dernier via SMS (pas besoin d’application). La relation client se poursuis à l’extérieur avec la possibilité de prise de RDV.
Dans un espace showroom, sans stock, cet outil digital permet au personnel d’être en interaction directe avec les stockistes et demander des références, apportées par les « runners » en quelques minutes. Le client peut également demander des références au stockistes grâce à des cintres connectés qui affichent le prix des articles et les tailles disponibles (système RFID).
Enfin, au RDC on retrouve le Lobby, où des grooms et concierges proposent des services comme la réservation de taxi ou la livraison à domicile des achats effectués en magasin (service offert pour un panier de 1000€ et plus).

Espaces décloisonnés pour les maisons de luxe

Murs sur mesure, sculpté pour les solaires

3.     Les animations culturelles et la restauration :

Plus qu’un magasin, les Galeries Lafayette Champs Élysées se revendiquent comme un lieu de vie. En plus de proposer des articles mode, beauté et accessoire, le concept organise des expositions temporaires de trois semaines sur diverses thématiques. La dernière en date : l’exposition Earth First avec Noah que l’on retrouve dès le RDC et qui s’approprie les six boxes de verres suspendus au-dessus de la coupole avec objets d’art, séances de réalité virtuelle et produits en exclusivité pour les Galeries Lafayette.

Vêtements et accessoires Noah pour l’exposition Earth First (droite)
Session de réalité virtuelle avec Noah (gauche)

Au sous-sol, on retrouve le « Food Court » qui, en plus de proposer des produits, permet aux clients de faire une pause et de s’installer pour manger, voire pour travailler. Si l’offre alimentaire est plutôt réduite, elle laisse place à plusieurs maisons comme Kaspia Deli, Little Zhao, À La Mère de Famille ou encore le Maisie Café.



Comptoir Maisie Café (gauche)
Étagères épicerie sucrée (haut)
Espace de pause ou de travail dans le Food Court (bas)




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Un commentaire ? Un avis ? N'hésitez pas à nous envoyer toutes vos remarques, nous ne manquerons pas d'y répondre.
L'équipe Diamart Consulting.